prime 1000 €

Défiscalisée et désocialisée, cette prime qui sera versée de façon facultative par les employeurs à leurs salariés, devrait ainsi être limitée à 1000 euros. Un plafond qui vise surtout à réduire le manque à gagner pour l'État. Et pour cause! Comme annoncé par le président, elle supportera zéro cotisation et impôt, mais elle devrait aussi être affranchie de la CSG et de la contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS). Ce qui signifie, concrètement, que si une entreprise décide de verser une prime de 700 euros, cela lui coûtera 700 euros et pas plus. Et le salarié recevra 700 euros et pas moins.

«L'idée est que cette prime puisse être versée entre le 11 décembre et le 31 mars»

Par ailleurs, cette prime concernera les employés dont les salaires n'excèdent pas 3600 euros net par mois (trois fois le smic), a annoncé le premier ministre. Le but étant, à nouveau, de limiter le coût pour les finances publiques et d'éviter que les entreprises favorisent les salariés ayant des rémunérations élevées. Et, elle ne concernera pas les fonctionnaires.

Enfin, le calendrier étant extrêmement serré, «l'idée est que cette prime puisse être versée entre le 11 décembre et le 31 mars», a fait savoir le premier ministre.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire